25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 23:56
Accueil La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel de Toulouse

Hôtel de Toulouse

66 rue de Paris

Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Toulouse 66 rue de Paris Saint-Germain-en-Laye

 Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse

comte de Toulouse

Hôtel de Toulouse 66 rue de Paris Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Toulouse 66 rue de Paris Saint-Germain-en-Laye

 

Edifice acheté par Louis-Alexandre de Bourbon,

comte de Toulouse en 1698 pour y mettre ses chevaux.

D'une contenance de 30 chevaux, il fut agrandi par le comte.

L'hôtel passa ensuite au fils du comte de Toulouse,

le duc de Penthièvre puis à sa petite fille.

Vendues comme bien national en 1798,

un poste de la garde nationale s'y installa.

les écuries devinrent la distillerie Vaudron vers 1860,

puis furent aménagées en parking après la Seconde Guerre mondiale.

Les logements sont devenus un immeuble.

 

Hotel-de-Toulouse 3471

 

© sGc


 

 

 

 

 


 

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 23:29
Accueil La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel et Ancienne résidence du duc de Longueville

Hôtel et Ancienne résidence

du duc de Longueville

24 et 26 rue de la République

Saint-Germain-en-Laye

Hôtel et Ancienne résidence du duc de longueville N°24 et 26 rue de la République Saint-Germain-en-Laye

Henri II d'Orléans duc de Longueville (6 avril 1595 – 11 mai 1663) aussi appelé Henri II de Valois-Longueville.

Henri II d'Orléans duc de Longueville (6 avril 1595 – 11 mai 1663) aussi appelé Henri II de Valois-Longueville.

 

L'hôtel était la demeure d'Henri II d'Orléans

duc de Longueville (6 avril 1595 – 11 mai 1663)

aussi appelé Henri II de Valois-Longueville.

 

aux N°24 et 26 de la rue de la République l'hôtel de Longueville du XVIIesiècle,

de deux étages, en brique et pierre, complétement remanié au XIXesiècle.

Porte piétonne et balconnet d"époque Louis XV.

Sur toute la longueur de la façade, côté rue,

une balustrade cache la toiture-terrasse.

 

Particulièrement étendus, ses bâtiments, dépendances et jardins

se prolongeaient jusqu'à la "rue aux vaches", l'actuelle rue de la République.

La partie de cet hôtel donnant sur la rue de Lorraine n'existe plus.

 

 

 

Ancienne résidence du duc de Longueville sous Louis XIV

Hôtel et Ancienne résidence du duc de longueville 24 et 26 rue de la République Saint-Germain-en-Laye

Décrottoir à l'entrée de la porte

Hôtel et Ancienne résidence du duc de longueville 24 et 26 rue de la République Saint-Germain-en-Laye

 

Hôtel et Ancienne résidence du duc de longueville 24 et 26 rue de la République Saint-Germain-en-Laye

 

Ancienne Hôtel de Longueville

Hôtel et Ancienne résidence du duc de longueville 24 et 26 rue de la République Saint-Germain-en-Laye

Hôtel et Ancienne résidence du duc de longueville 24 et 26 rue de la République Saint-Germain-en-Laye

 

© sGc


 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 00:00
Accueil La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel de Barbezieux

Hôtel de Barbezieux

44 rue des Ursulines

Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Barbezieux 44 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Louis François Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux

Louis François 

 Marie Le Tellier,

marquis de Barbezieux


Hôtel de Barbezieux 44 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Les hôtels de Louvois Saint-Pouange

et de Barbezieux figurent sur le plan de de fer en 1702.

L'hôtel doit son nom à Louis François Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux.

 

A l'origine ils ne devaient former qu'un seul ensemble

étant donné que Barbezieux était un titre de la famille de Louvois.

Les plans du 18e siècle montrent que le tout

ne formait qu'un seul grand domaine avec un immense jardin.

 

L'hôtel de Barbezieux était probablement à l'origine une partie des communs.

On ne sait pas précisement à quel moment il fut détaché de l'hôtel d'Harcourt.

 

Il fut vendu en 1804 par Louis Gillet, négociant à Nemours,

à Marie Renaire veuve Bonenfant et loué à partir de 1807

par madame Campan en même temps que l'hôtel de Rohan voisin.

 

 

 

© sGc


 

 

 

 


 

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 22:22
Accueil La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 

Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange,

puis d'Harcourt

48 rue des Ursulines

Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Façade

madame Campan, ex-lectrice de la reine Marie-Antoinette Saint-Germain-en-Laye

Madame Campan

 

Les hôtels de Louvois Saint-Pouange

et de Barbezieux figurent sur le plan de de fer en 1702.

 

A l'origine ils ne devaient former qu'un seul ensemble

étant donné que Barbezieux était un titre de la famille de Louvois.

Les plans du 18e siècle montrent que le tout

ne formait qu'un seul grand domaine avec un immense jardin.

 

La famille d'Harcourt qui donna  finalement son nom à l'hôtel,

ne le posséda que de 1719 à 1758 et de 1732 à 1751.

En 1732 et jusqu'en 1811, l'hôtel se nommait "Hotel de Louvois".

 

L'hôtel d'Harcourt passa de main en main jusqu'à son rachat

par la congrégation de la Nativité qui le possède toujours.

 

L'hôtel de Barbezieux était probablement à l'origine une partie des communs.

On ne sait pas à quel moment il fut détaché de l'hôtel d'Harcourt.

Il fut vendu en 1804 par Louis Gillet, négociant à Nemours,

à Marie Renaire veuve Bonenfant et loué à partir de 1807

par madame Campan en même temps que l'hôtel de Rohan voisin.

Photos:

Pensionat de la nativité-Façade des classes Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Pensionat de la nativité-Façade des classes

enseignement libre pour jeunes filles Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Enseignement libre pour jeunes filles-le perron des roses

Pensionat de la nativité-Allée du Perron des Roses Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Pensionat de la nativité-Allée du Perron des Roses

Pensionat de la nativité-Une allée du parc Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Pensionat de la nativité-Une allée du parc

Pensionat de la nativité-Rond point du parc Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

Pensionat de la nativité-Rond point du parc

wee planet Hôtel de Louvois et de Saint-Pouange, puis d'Harcourt 48 rue des Ursulines Saint-Germain-en-Laye

© sGc


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 19:39
Accueil > La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel des Comtes d'Auvergne

Hôtel des Comtes d'Auvergne

7 rue des Ecuyers

Saint-Germain-en-Laye

Hôtel des Comtes d'Auvergne 7 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

 Maurice de la Tour d'Auvergne, Duc de Bouillon

Maurice

de la Tour d'Auvergne

Duc de Bouillon

porte cochère Hôtel des Comtes d'Auvergne 7 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Heurtoir Hôtel des Comtes d'Auvergne 7 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Heurtoir

Crèche Comtes d'Auvergne 7, rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Hôtel attesté sur le plan de fer en 1702 comme " hôtel d'Auvergne ",

du nom de Maurice de la Tour d'Auvergne, Duc de Bouillon.

 

De cette époque pourrait dater le bâtiment entre cour et jardin.

Il a subi d'importants réaménagements dans la seconde moitié du 19e siècle :

bâtiment sur rue et construction d'un bâtiment en brique dans la cour.

 

Gdf devient propriétaire de l'Hôtel des Comtes d'Auvergne,

et y créer des logements de fonction pour ses employés.

 

Depuis les années 2000, les locaux sont inoccupés.

Les travaux d'aménagement d'une crèche par la municipalité,

sont lancés en juillet 2010 en partenariat

avec les services des Bâtiments de France, et l'architecte Alexis du Rivau.

 

Les mûrs d'enceinte ainsi qu'un escalier du XVIIe ont été conservé.

La couverture, ainsi que la cour pavée, ont été refaites à l'identique.

Après la destruction des cloisons internes, des pièces de motricité,

des locaux d'accueil et des dortoirs ont été créés sur trois niveaux.

Samedi 28 janvier 2012 à 11h00,

a eu lieu l’inauguration

de la Crèche des Comtes d’Auvergne

par Monsieur le maire Emmanuel Lamy.

 

 

Crèche Comtes d'Auvergne

7, rue des Ecuyers

Tél : 09 53 33 94 98

lescomtesdauvergne@people-and-baby.com

 

 

 

Maurice SOLIGNAC, Camille PERNOD-RONCHI, Emmanuel Lamy, marta de cidrac, Philippe Pivert, Saint-Germain-en-Laye

 

 

 

Façade sur jardin Hôtel des Comtes d'Auvergne 7 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Façade sur jardin.

Les lucarnes passantes et la corniche

sont les signes de l'ancienneté du batiment.

Vue de la cour Hôtel des Comtes d'Auvergne 7 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Vue de la cour.

Seules les fenêtres cintrées du bâtiment entre cour

et jardin sont la marque d'un état antérieure au 19e siècle.

 

© sGc


 

 

 

 


Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 05:42
Accueil La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel de Duras

Hôtel de Duras 

11 rue des Ecuyers

 Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Duras 11 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Hôtel de Duras 11 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Plaque

Hôtel de Duras 11 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

L'hôtel fût habité par Jacques-henri de Dufort, Duc de Duras,

L'édifice a subi de nombreuses transformations dont une surélévation

et la reprise de l'escalier principal.

La première volée de l'escalier principal est en pierre sans limon,

le reste est en bois avec barreaux en col de cygne.

Le second escalier avec limon en bois et barreaux à section carrée

date de la fin du 18e siècle.

Au premier étage, garde corps à balustres en pierre dépoque Louis XVI.


© sGc


 

 

 

 


 

 

 

 

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 05:26
Accueil La ville > Les hôtels particuliers > Hôtel d'Avaux

Hôtel d'Avaux

1 rue des Ecuyers

Saint-Germain-en-Laye

Hôtel d'Avaux 1 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Hôtel d'Avaux 1 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

Jean-Antoine-de-Mesmes.jpg

Jean Antoine II de Mesmes

 

En 1672, le roi accorde au comte d'Avaux un terrain pour accroître sa maison.

Hôtel attesté sur le plan de Caron en 1680.

La famille d'Avaux a compté plusieurs brillants représentants

mais l'éponyme de cet hôtel pourrait être

Jean Antoine II de Mesmes qui vécut de 1640 à 1709.

L'hôtel a un bel escalier du début du 18e siècle.

 

Hôtel d'Avaux 1 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye Hôtel d'Avaux 1 rue des Ecuyers Saint-Germain-en-Laye

 


© sGc


 

 

 

 


Repost 0