4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 18:41
Accueil >  La ville >  Les châteaux > Château Neuf  > L'historique du Château Neuf

L'historique du Château Neuf

de Saint-Germain-en-Laye

Henri II

Henri II

Catherine de Médicis

Catherine de Médicis

 Philibert Delorme

Philibert Delorme

 

1557

Henri II fait construire,

à l’extrémité de l’actuelle terrasse le « Château Neuf »

Le bâtiment central, construit sur le bord de la terrasse,

avait été commandé en 1557 à Philibert Delorme 

par Henri II et Catherine de Médicis,

(trois ans avant la mort du roi dans un tournoi, à Paris).

Delorme à fait entreprendre pour Henri II,

près de la ménagerie, un corps de logis cantonné de quatre pavillons

(trois d'habitation et un de bains) précédé par une cour

à quatre exèdres "en forme de théâtre".

Une suite de terrasses et d'escaliers,

nommée par les contemporains maison du théâtre,

facilitait l'accès à la baignerie sur la Seine. 

 

vues côté cour du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

Francesco Primaticcio, dit le Primatice

Francesco Primaticcio,

dit le Primatice

1559 à 1578

 

Les travaux furent confiés de 1559 à 1578

à Francesco Primaticcio, dit le Primatice.

 

King Henry IV of France.jpg

Henri IV

 

Claude Mollet

1594

Dès le début de son règne, en 1593, Henri IV 

vient à Saint-Germain qui lui plait beaucoup

pour la vue que le Château Neuf et la terrasse

offrent sur la vallée de la Seine,

rappelant les dispositions du château de Pau.

Il commande à Baptiste Androuet du Cerceau son extension

avec un aménagement des terrasses jusqu'à la Seine.

Les travaux commencent en 1594.

Ils sont rapidement terminés par l'architecte d'exécution Jean de Fourcy,

ainsi que Guillaume Marchant pour les travaux de maçonnerie,

les travaux se poursuivant avec l'aménagement des grottes

avec leurs automates mus par des jets d'eau,

dus aux frères Thomas et Alexandre Francini.

Le jardin à la française, qui s'étale jusqu'à la Seine sur cinq terrasses,

a été conçu par le paysagiste Étienne Dupérac et le jardinier Claude Mollet.

Le Château Neuf en 1637, par Auguste Alexandre Guillaumot (1815-1892)

1598

 

Henri IV termine les travaux


Portrait d’Anne d'Autriche, par Rubens (1625)

Anne d’Autriche

1638

 

Dans la nuit du 4 au 5 septembre,

Anne d’Autriche ressent les douleurs de l’enfantement

et donne naissance à Louis Dieudonné, futur Louis XIV,

le 5 septembre 1638.

Le salon dans lequel est né le Roi Soleil

est actuellement l’un des salons du Pavillon Henri IV

 

Portrait du roi Louis XIII, par Champaigne.

Louis XIII

 Vincent de Paul

Vincent de Paul

1643

Louis XIII de France, surnommé « Louis le Juste »,

décéde le 14 mai 1643 au château neuf de Saint-Germain-en-Laye

Vincent de Paul fait partie du Conseil de Conscience auprès du roi

et siège aux cotés de Mazarin lorsque Louis XIII meurt dans ses bras.

Charles II par John Michael Wright vers 1660 

Charles II Stuart

1650

 

Le Château Neuf a été en 1650 le lieu de refuge

de Charles II Stuart après l'exécution de son père.

 

  1660

 

En 1660, effondrement partiel des deux terrasses supérieures,

de l'escalier central et des grottes puis

reconstruction d'un escalier à volées droites entre 1663 et 1666. 

 

Louis XIV of France.jpg

Louis XIV

1660

Louis XIV déserte le Château Neuf qui « prenait eau de toute part ».

Il s’installe au Château Vieux dans lequel il fait effectuer

quelques travaux d’aménagement intérieur. 

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

La rampe des Grottes

1672

 

Dès 1672, on parlait du dépérissement des grottes

 

  1682

 

Délaissé au profit de Versailles, il tombe en ruine. 


Arrivee-de-Jacques-II-a-Saint-Germain-et-differents-suje.JPG

Jacques II Stuart

1688

 

Le 7 janvier 1688, Louis XIV accueille à Saint-Germain 

Jacques II Stuart en exil. Il séjourne avec sa cour au Château Neuf,

puis dans les deux châteaux.

 

James II by Peter Lely.jpg

Jacques II 

1701

 

Jacques II Stuart y meurt le 16 septembre 1701.

 

Marie de Modène, par Willem Wissing, en 1680. 

Marie de Modène

1718

 

La femme de Jacques II Stuart, Queen Mary Beatrice (Marie de Modène)

y meurt en 1718.

 

Charles-X.JPG

Charles X.

1777

Louis XVI en fait don à son frère le Comte d’Artois,

futur Charles X, mais le château est inhabitable.

Le-Comte-d-Artois.jpg

Le comte d'Artois

1779

 

La démolition en vue de reconstruire un édifice

sur des fondations plus solides commence.

 

Le projet d'un palais pour un souverain à Saint-Germain-en-Laye par Étienne-Louis Boullée

Le projet d'un palais

1785

Le projet d’un Palais voit le jour en 1785 par Étienne-Louis Boullée

La démolition toujours en cours s’interrompt au moment de la Révolution,

lorsque le comte d’Artois est obligé de s’enfuir.

  1820

 

Construction de deux ailes autour de l'ancien pavillon de la reine.

Propriété du département après la confiscation

de la propriété du comte d'Artois.

 

  1829

 

Acquisition du pavillon de la reine par le marquis de Blérancourt en 1829

Celui-ci agrandit le domaine et L'embellit.

 

  1833

 

En 1833, une rue fut construite à travers les terrasses inférieures,

ce qui entraîna la destruction du pavillon du peintre.

 

Le Pavillon Henri IV 19 - 21 Rue Thiers Saint-Germain-en-Laye

Le Pavillon Henri IV

1837

 

Pavillon de l'oratoir du roi, ou pavillon henri IV, acquis en 1837

par Barthelemy Plante entrepreneur qui l'avait déjà restauré

et agrandi et possédait l'hôtel de la terrasse adjacent.

Après la ruine de cet entrepreneur il est repris

par la compagnie des chemins de fer de l'ouest

et est ensuite loué au restaurateur Collinet.

 

Pavillon dit « de Sully » Le Pecq

Pavillon dit de Sully

1855

 

Le pavillon du jardinier, ou pavillon de Sully

(actuellement avenue du pavillon de Sully sur la commune du Pecq)

fut agrandi en 1855 et 1881.

 

  1865

 

Pavillon de l'oratoir du roi, ou pavillon henri IV

la compagnie des chemins de fer de l'ouest  loue à Barbotte père & fils.


GUERIN-CATELAIN-Emile-Jean.jpg

 Emile Jean 

GUERIN-CATELAIN 

1895

 

Pavillon de l'oratoir du roi, ou pavillon henri IV,

la société Guerain-Catelain le prend à bail

et obtient de la compagnie de l'ouest

la permission de réunir les deux hôtels,

c'est probablement après cette date

que l'aile la plus récente a été construite.

LEOPOLD-LOUIS-DREYFUS.jpg

 Léopold Louis-Dreyfus 
1884

 

En 1884 Léopold Louis-Dreyfus loua le pavillon de la reine

avec promesse de vente, qui fut effective en 1902.

 

SAUVESTRE Stephen.jpg

Stephen Sauvestre

1907

 

Le pavillon de la reine

C'est donc probablament après cette date et avant 1907

que l'édifice actuel fut réaménagé

par l'architecte Stephen Sauvestre.

 

Jean-Claude-Dondel.jpg
Jean-Claude Dondel
1940

Le pavillon du jardinier, ou pavillon de Sully

comporte aujourd'hui des jardins réguliers aménagés

par Jean-Claude Dondel, architecte, vers 1940

Château Neuf à Saint-Germain-en-Laye La Villa Dreyfus

Le pavillon de la reine

1952

 

Le pavillon de la reine

En 1952 Madame Louis Dreyfus a réaménagé l'étage

en supprimant une pièce transformée en terrasse.

Le parc de cette demeure comporte

de nombreux vestiges des terrasses 

et des murs de soutenement du 17e siècle.


 

RETOUR à L'NDEX du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

9693183-bouton-bleu-avec-fleche-de-telechargement--copie-1.gif

Haut de page

Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 02:13
Accueil >  La ville >  La rampe des Grottes et le mur des Lions 

La rampe des Grottes et le mur des Lions

du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

Joseph Basire (1737-1796), La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

Joseph Basire

(1737-1796)

Joseph Basire (1737-1796), La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

La rampe des Grottes et le mur des Lions constituent avec les pavillons Henri IV

(où fut ondoyé Louis XIV) et Sully (situé sur la commune du Pecq)

les seuls témoins subsistant du Château-Neuf 

et de la magnifique composition de jardins

en terrasses successives organisée sur la pente entre le château et la Seine.

 

Cet ensemble créé à la fin du XVIème siècle sous Henri IV

est délaissé par Louis XIV au profit de Versailles et tombe en ruine.              

Sous les terrasses, se trouvaient sept grottes, aménagées de façon grandiose,

dans lesquelles des divertissements hydrauliques

faisaient la joie du Roi et des visiteurs.

 

Ce sont Thomas et Alexandre Francini,

ingénieurs et artistes qui en ont conçu l’ensemble.

Les grottes de Neptune, des Orgues ou du Dragon…

Cette dernière était "animée par un dragon furieux qui battait des ailes

en vomissant des torrents d’eau…"

Imaginez les sept grottes, aménagées de façon grandiose dans lesquelles

des divertissements hydrauliques faisaient la joie du roi et de la cour !

Description des grottes d’Abel Goujon

(Histoire de la Ville de Saint Germain-en-Laye – 1829)


La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye
De gauche à droite : Grotte de Neptune, Grotte du Dragon et Grotte des Orgues. 
Gravures d'après A. Francini : 1614 © Bibliothèque Nationale de France.

 

 

Sous la première terrasse et au niveau de la seconde,

étaient deux belles grottes garnies de coquillages

incrustés dans le roc.


Grotte de Neptune (au Sud)

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye Alessandro Francini 001

Abraham Bosse,

Vue de la grotte d’Orphée

vers 1624

Le Dieu des mers, monté sur un char et armé du redoutable trident,

pressait les flancs de ses coursiers qui paraissaient voler sur les ondes

en lançant des jets d’eau par les narines et la bouche.

Le front du Dieu était couronné de roseaux ;

de sa barbe et de ses cheveux ruisselaient des flots

qui se mêlaient aux eaux sur lesquelles il paraissait en triomphateur,

tandis que des tritons et des néréides, nageant autour de lui,

annonçaient à l’empire humide, au son de leurs conques,

son dominateur et son maître.

Le système hydraulique ingénieux faisait également mouvoir

des maréchaux-ferrants qui battaient

à grands coups de marteaux de fer sur l’enclume.

Quatre vents soufflaient, tandis que des jets d’eau perfides

arrosaient les spectateurs.

Grotte des Orgues (au Nord)

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

ruedeslumieres.morkitu.org

 

Elle était habitée par une jeune et belle nymphe,

dont les doigts, mis en mouvement par la force des eaux,

faisaient sortir d’un orgue tantôt des accords doux et mélancoliques,

tantôt des airs de chasse et de guerre.

Vis à vis d’elle, un serpent que paraissait importuner

la mélodie de son instrument,

faisait d’impuissants efforts pour l’atteindre

avec les flots que lançait sa gueule béante.

Entre la nymphe et le serpent,

s’élevait une table de marbre noir d’où partaient divers jets d’eau qui,

en se réunissant, figuraient des coupes, des vases, des tableaux.

Aux sons de l’orgue et au bruit des eaux

se mêlaient les chants d’un grand nombre de rossignols,

interrompus par le cri sinistre de cet oiseau de mauvais augure

que n’entend jamais sans frissonner un époux malheureux…”.

Dans les diverses niches, des artisans

(forgerons, menuisiers, maçons, tisserands, rémouleurs)

suspendaient leur besogne dès que l’orgue se fait entendre.

Près de la fenêtre, Mercure, un pied en l’air,

sonnait de la trompette tandis qu’un coucou

chantait son air mélancolique.

La grotte du Dragon (située au centre de la galerie Dorique)

est une grande galerie de 49 mètres de long

et de près de 10 mètres de haut.

“Elle est animée par un dragon furieux

qui battait des ailes en vomissant des torrents d’eau

tandis qu’une foule d’oiseaux

chantait par le mouvement habile des eaux

en remuant les ailes et la queue”.


La grotte du Dragon

automate francine La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

Les techniques utilisées sont très surprenantes pour l’époque.

Mais ces grottes sont surtout, pour Henri IV,

un véritable divertissement.

Il y emmène  notamment les dames de la cour

et fait fonctionner à leur insu des petits jets d’eau

qui giclent sous leurs robes.

Le Roi s’amuse beaucoup de ces plaisanteries.

Malheureusement, il meurt en 1610,

assassiné, sans avoir vu l’aboutissement des travaux.

Le Château-Neuf fut pour le jeune Louis XIII

son lieu de promenade le plus habituel

mais “les grottes lui inspiraient une terreur particulière

et il demandait qu’on lui remît les clefs

par crainte qu’on ne l’enfermât”. On travaille à des embellissements

ou à des entretiens partiels, de temps à autre entre 1610 et 1643,

année de la mort de Louis XIII.


Photos

Pavillon-Henri-IV-a-Saint-Germain-en-Laye--8-.jpg

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye
La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

La Descente du Pecq La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

DSC01232

 

voir aussi: 

deux embrasures visible ici sur le mur des lions à Saint-Germain-en-Laye (78100) Les Blockhaus et Bunkers allemands mur des lions
Saint-Germain-en-Laye château2 dessin Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 21:13
Accueil >  La ville >  Les châteaux > Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye
Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye
  Le Château Neuf en 1637, par Auguste Alexandre Guillaumot (1815-1892)
Le Château Neuf en 1637, par Auguste Alexandre Guillaumot (1815-1892)             

L'historique:

Henri II

Les représentations

plan général du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye avec le Château vieux

Saint-Germain-en-Laye château2 dessin

NVC (1)

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye à l'abandon

 

Les vestiges

 

Le Pavillon Henri IV à Saint-Germain-en-Laye

Pavillon Henri IV à Saint-Germain-en-Laye (3)

Pavillon dit « de Sully » Le Pecq

 

Vidéo

 
 

Livre

Le Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

       

 

 


Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 17:59
 La ville fleche-navigation.JPG  Les châteaux  fleche-navigation.JPG  Château Neuf fleche-navigation.JPG  Vues côté cour fleche-navigation.JPG

 

vues côté cour du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

vues côté cour du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

vues côté cour du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

fleche-navigation-gauche.JPG
<<Page précédente  Retour à l'index  Page suivante>> fleche-navigation.JPG

 

Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 17:48
 La ville fleche-navigation.JPG  Les châteaux  fleche-navigation.JPG  Château Neuf fleche-navigation.JPG  Vues côté seine et jardins fleche-navigation.JPG

 

louis-xiv-a-saint-germain-van-der-meulen-rmn

              Louis XIV, suivi de Turenne, assistant à une chasse au vol,

en vue du Château-Neuf et des terrasses de Saint-Germain-en-Laye, en 1669

par Adam Van der Meulen (1632-1690) 

 

 

Meulen Adam Frans van der-New Chateau at Saint-Germain-en-L

 

 

vues côté seine et jardins du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

La rampe des Grottes et le mur des Lions du Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

e-Prince-de-Conti-detail-conserve-versailles-rmn-photo

 

 

vues côté seine et jardins du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

terrasse 2

 

 

elevation-chateau-neuf-bnf-image

 

 

chateau-neuf-saint-germain-RecueildegravuresGrosseuvre140-r

 

 

NUM 83 24 11

 

 

NVC (3)

 

 

Saint-Germain-en-Laye château2 dessin

 

 

423608 291459520916530 39973516 n

 

 

Perelle Veue et perspective du Chasteau-neuf de Saint-Germa

 

 

chateau saint germain en laye hi

 

 

m505886 gmtt-108-005-13097 p

 

fleche-navigation-gauche.JPG
<<Page précédente  Retour à l'index Page suivante>> fleche-navigation.JPG
Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 17:40
 La ville fleche-navigation.JPG  Les châteaux  fleche-navigation.JPG  Château Neuf fleche-navigation.JPG  Plan général fleche-navigation.JPG

 

plan général du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye avec le Château vieux

 

 

plan général du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye avec le Château vieux

 

 

plan général du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye avec le Château vieux

 

 

Plan general de St Germain en Laye et des environs tant du costé de la rivière que du costé de la Forest Par : Georges (1626-1696) Boissaye du Bocage

Plan general de St Germain en Laye et des environs tant du costé de la rivière que du costé de la Forest

 Par : Georges (1626-1696) Boissaye du Bocage 

Plan du château Neuf de Saint-Germain-en-Laye, sans retomb

 

Plan du château Neuf et de ses dépendances, première par

 

fleche-navigation-gauche.JPG
<<Page précédente  Retour à l'index Page suivante>> fleche-navigation.JPG
Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 03:06
Accueil >  La ville >  Les châteaux > Château Neuf > Pavillon dit « de Sully »

Pavillon dit « de Sully »

4 Avenue Du Pavillon Sully, 

Le Pecq 78230

Pavillon dit « de Sully » 4 Avenue Du Pavillon Sully, Le Pecq

 

Construit en 1606, ce pavillon est celui du jardinier du roi.

 À chaque extrémité de la terrasse toscane est construit un pavillon à base carrée.

Celui de droite, dit « pavillon du peintre » a disparu. Celui de gauche, dit « de Sully »,

est occupé à l'origine par le jardiner du roi, Lavechef, dit « Duparcq ».

 

Ces pavillons étaient reliés par des galeries aux différents niveaux de terrasses et aux grottes

qui s'étagent jusqu'au fleuve. Le pavillon de Sully, bien que très remanié,

constitue l'un des rares vestiges du Château-Neuf, détruit sur ordre du comte d'Artois en 1779.

 

Jean-Claude-Dondel.jpg

Jean-Claude Dondel

 En 1833, une rue fut construite à travers les terrasses inférieures,

ce qui entraîna la destruction du pavillon du peintre.

 

Le pavillon du jardinier, ou pavillon de Sully

(actuellement avenue du pavillon de Sully sur la commune du Pecq)

fut agrandi en 1855 et 1881,

et il comporte aujourd'hui des jardins réguliers aménagés

par Jean-Claude Dondel, architecte, vers 1940.

 

 

 

Pavillon dit « de Sully » Le Pecq 

Pavillon dit « de Sully » 4 Avenue Du Pavillon Sully, Le Pecq

<<Page précédente  Retour à l'index Page suivante>>

 

 

 

 

 


Repost 0