11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 16:35

♣Accueil > Ville > Au fil des rues > Bains Douches            

Les Bains Douches

de Saint-Germain-en-Laye

8, rue Collignon

Les Bains Douches de Saint-Germain-en-Laye 8, rue Collignon

 

Bains Douches,Architecte : Théodore et Léon Lecointe, 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

 

Créateurs Architecte : Théodore et Léon Lecointe

 Les frères Théodore et Léon Lecointe

sont deux architectes très actifs

à Saint-Germain-en-Laye entre 1850 et 1910.

 

Bains Douches, Henri Penot constructeur, 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Les frères Théodore et Léon Lecointe sont deux architectes très actifs à Saint-Germain-en-Laye

 

 

Les bains douches sont construits en 1913,

 par les Architectes Théodore et Léon Lecointe,

aux frais de la Caisse d'Épargne,

qui les loue à la municipalité à partir de 1924.

C'est en 1967 que la ville s'en porte acquéreur.

À partir de cette date, les bains douches

connaissent de nombreuses modifications.

Ils sont d'abord agrandis.

Un foyer pour personnes âgées y est ensuite aménagé

entre 1971 et 1973.

 

Fin 2009, la ville de Saint-Germain-en-Laye

a lancé une consultation pour la vente

et la revalorisation du bâtiment communal.

En avril 2010, la Ville a accepté les conditions

financières et le projet de 7 logements

sociaux proposés par:

Habitat et Humanisme Ile-de-France.

 

Projet immobilier

323 m² de surface habitable

Un immeuble en réhabilitation pour 7 logements :

2 studios, 4 T2 et 1 T3

livraison prévue septembre 2013.

 

Projet social

L’ensemble des logements est destiné

à des familles en difficulté.

Deux des logements seront temporaires

et donc destinés à des familles inscrites

dans un parcours d’insertion ;

elles seront accompagnées par un bénévole

et un travailleur social.

Les petits programmes de ce type

ont l’avantage de créer des occasions

d’animations collectives qui facilitent

les rencontres et la (re)création de liens sociaux.

 

Montage financier

Coût de revient total 1 370 208 € 

36 % de fonds propres de la Foncière Habitat

et Humanisme. Subventions de l’Etat,

du Conseil Régional d’Ile-de-France,

de la Ville de Saint-Germain-en-Laye.

Bains Douches 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Bains Douches plan d'architecte 1913, 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Les Bains Douches plan d'architecte 1913

Bains Douches 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Les Bains Douches en 1967

Bains Douches 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Les Bains Douches 

Bains Douches, Club Collignon, 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Club Collignon

Bains Douches, Club Collignon, 8, rue Collignon à Saint-Germain-en-Laye

Club Collignon

© sGc

Voir aussi:

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues


 

 

 

 


Repost 0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 18:14
Repost 0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 17:01

Accueil > Ville > Au fil des rues > Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 

.

Collège Saint Augustin

39, rue de la Grande Fontaine

78100 Saint-Germain en Laye

 01.34.51.08.49

cbsecretariat@collegesaintaugustin.com

www.collegesaintaugustin.com

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Début 20ème siècle : 2014

 

L'historique

Saint Jean-Baptiste de la Salle

Saint Jean-Baptiste de la Salle

 

Général Hoche

Général Hoche


le roi Louis Philippe 1er

le roi Louis Philippe 1er

 


 

30 avril 1651 : 

Naissance à Reims de Saint Jean-Baptiste de la Salle.

1680 : 

Création de la première communauté des Frères des Ecoles Chrétiennes.

1700 :

 Le roi d’Angleterre Jacques II, en exil en France, à Saint-Germain-en-Laye, vient demander à Saint Jean-Baptiste de la Salle d’ouvrir une école pour 50 jeunes Irlandais catholiques exilés. Ce pensionnat s’ouvre à Paris, à la Grand' Maison (angle de la Rue de Rennes et de la Rue Notre-Dame des Champs).

7 avril 1719 : 

mort de Saint Jean-Baptiste de la Salle.

8 avril 1745 : 

Ouverture de l’Ecole des Frères à Saint-Germain, par acte royal, à la demande du curé, l’abbé de Conynghan, dans les locaux de la Chancellerie, Rue aux Prêtres.

1749 : 

A la suite d’une requête présentée par les habitants de Saint-Germain, l’Ecole des Frères s’installe Rue des Bûcherons. C’est là que les Frères eurent comme élève le célèbre Général Hoche né à Versailles.

1791 : 

Les frères quittent volontairement les locaux de la Chancellerie pour ne pas avoir à prêter serment à la Constitution Civile du Clergé.

1802 : 

Retour des Frères à Saint-Germain, à la demande du maire et de la population. L’Ecole est rouverte et dirigée par le Frère Gerbaud qui sera élu en 1810 Supérieur Général de l’Institut des Frères.

1844 : 

le roi Louis Philippe 1er remet un médaillon en argent au Frère Maximin, ancien grenadier de la Garde Impériale, ayant combattu à Waterloo.

1845 :

Comme les bâtiments de la Rue des Bûcherons menacent de tomber en ruine, l’Ecole des Frères est transférée provisoirement Rue de Poissy, puis définitivement au 15 rue des Coches.

1882 : 

Laïcisation des écoles de la ville, en application des lois scolaires de la IIème République et de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Le Frère Sabirien installe et dirige la nouvelle école libre Saint-Augustin située au 39 rue de la Grande-Fontaine, dans les locaux d’une pension de famille achetée par le Comte Yvert de Saint Aubin.

1909 : 

Maurice Denis peint le portrait du Frère François-Xavier qui fut directeur pendant la guerre de 1870.

1970 : 

Reconstruction de l’Ecole Saint Augustin.

1987 : 

Départ de la Communauté des Frères. L’Etablissement est dirigé par une laïque.
Les Frères laissent ensuite au Diocèse la Tutelle.

Cartes postales anciennes

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

La Balle Cavalière

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

La Critique du Dessin

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Après la Leçon de Gymnastique

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Jardin

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Une Classe

 

 

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

La Bonne Partie

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Sortie des Classes

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

La Gymnastique Suédoise

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

Le Cabinet d´Histoire Naturelle et de Physique

Collège Saint Augustin 39, rue de la Grande Fontaine 78100 Saint-Germain en Laye

1954-1955

 

Voir aussi:

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

 

 


 

 

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 11:17

Accueil > Ville > Au fil des rues > L'étonnante histoire d'Anatole France 

Dr Jean Marvaud,

"L'étonnante histoire d'Anatole France et

de Philippe-Eugène Taugourdeau"

L' Étonnante Histoire D' Anatole France Et De Philippe-Eug

Anatole France 1921
Anatole France

Entre 1922 et 1924,

une petite boutique au 6 rue des coches devient un véritable salon littéraire.

Un jeune bibliophile, Philippe-Eugène Taugourdeau,

 né le 17 novembre 1888 à Saint-Germain-En-Laye, s'y installe

et a l'idée de demander une enseigne à Anatole France (1844-1924),

qui a reçu en 1921 le prix nobel de littérature. Celui-ci, également bibliophile,

touché, vient lui-même lui proposer l'enseigne "Le Livre d'Amour",

vient l'encourager des dizaines de fois dans cette boutique,

et lui offre un beau livre d'or:

on y relève les signatures et des citations illustres de

Pierre Benoit, Jacques Chardonne, Roland Dorgelès, Jean Giraudoux,

Georges Duhamel, Liane de Pougy, Curnonski

Curnonsky

Curnonski 

 

Georges Duhamel

Georges

Duhamel

Jacques Chardonne

Jacques

Chardonne

Jean Giraudoux

Jean

Giraudoux

Liane de Pougy

Liane

de Pougy

Roland Dorgelès

 Roland

Dorgelès

Pierre Benoit

Pierre

Benoit


6, rue des coches à Saint Germain en Laye 78100

Italo Coiffure

6, rue des coches

78100 SAINT GERMAIN EN LAYE

01 39 73 99 76

Voir aussi:

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

 

 

 

 

 


Repost 0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 01:36

Accueil > Ville > Au fil des rues > Les tanneries royales 

Les tanneries royales

de Saint-Germain-en-Laye

22 bis, rue Schnapper

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

 

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

 

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

 

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

 

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

 

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

 

Les tanneries royales de Saint-Germain-en-Laye 22 bis, rue Schnapper

Les eaux du Buzot

 

Au début du 18e siècle, construction de la tannerie le long du ru de Buzot.

vers 1727, création de la manufacture royale des cuirs de Russie.


 Les tanneries de la ville ont joui autrefois d'une grande réputation

qu'elles devaient à la fabrication des cuirs de bœuf à la jusée ,

procédé qui fut longtemps un secret,

mais qui fut enfin deviné par des hommes industrieux.

Alors des fabriques s'élevèrent à Sens et à Villeneuve-le-Roi ;

il en sortit d'abord des cuirs qui valaient ceux de Saint-Germain ,

et qui bientôt furent préférés pour leur qualité.

Vaincus dans un art qu'une longue possession

leur avait fait regarder comme une propriété, les tanneurs de cette ville

tombèrent dans le découragement en se voyant surpassés par des rivaux.

 

C'en était fait pour Saint-Germain de la branche

la plus importante de son industrie , si la révolution ,

qui mit dans la nécessité de chausser ,

botter et équiper les nombreux volontaires qui couraient aux frontières ,

n'eût obligé le gouvernement à faire de fortes commandes à toutes nos fabriques.

Saint-Germain rouvrit donc ses tanneries ,

et ceux qui les exploitaient reprirent courage.

 

La paix vint et diminua la consommation ;

mais l'impulsion était donnée et l'on suivit le mouvement imprimé.

Les fabricans abandonnèrent la routine de leurs devanciers ,

profitèrent des découvertes de la chimie moderne , et reprirent bientôt leur rang.

On compte sept tanneries qui occupent deux cent quatre-vingts fosses

de sept à neuf pieds de profondeur , dans lesquelles treize mille cuirs

sont préparés annuellement pour être portés sur les marchés de Paris ,

de Guibray et de Caen , où ils trouvent un prompt débit.

On doit regretter la fermeture de la tannerie royale,

la première où on a commencé à préparer les cuirs à la jusée.

 

Ce bel établissement, fondé à grands frais,

et qui occupait cent quarante-cinq fosses ,

est depuis long-temps abandonné. Des tanneurs ont, à diverses époques,

entrepris de le relever, mais aucun n'a pu y parvenir.

Pour le rendre à sa destination, il faudrait y faire des réparations considérables.

Le sol et les bâtimens sont maintenant en vente ;

il est à presumer que l'usine sera démolie , que le terrain sera vendu par lots ,

et qu'il ne restera que le souvenir d'une fabrique utile et fructueuse.

Il existe aussi une mégisserie , dont le propriétaire s'occupe

en même temps du lavage des laines.

 

Les toisons , plongées dans les eaux du Buzot ,

qui sont très convenables à cette sorte d'opération,

obtiennent une faveur qui en rend la vente facile et courante.

Une fabrication dont la ville de Saint-Germain s'honore encore,

est celle des étoffes de crin et toiles de tamis , façon de Venise ,

qui fut fondée par M. Bardel , et qui lui a valu la médaille de bronze

aux expositions de 1802, 1806 et 1819.

 

Cette industrie, pour laquelle la France ne craint aucune concurrence,

surtout depuis qu'on y a introduit les dessins damassés à bouquets,

occupe un assez grand nombre d'ouvriers. 

La fameuse manufacture royale de cuirs de Russie est fermée en 1829.

A partir de 1838, utilisation des bâtiments par une imprimerie à étoffes.

 En 1850, l'édifice est occupé par la fonderie générale de caractères français

et étrangers et un marchand de vin.

Le bâtiment a appartenu à Antoine Louis Joseph Guy au milieu du 19e siècle

(Conseiller municipal de Saint-Germain-en-Laye en 1827, maire en 1830).

Au début du 20e siècle servent d'ateliers et de dépôt d'archives. 

Une filature de coton s'y installe par la suite jusqu'au tournant du XXesiècle.

En 1978, désaffectation puis transformation en immeubles d'habitation

avec démolition de l'aile ouest et reconstruction de bâtiments à l'identique. 

 

© sGc

Voir aussi:

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues


 

 

 

 


Repost 0
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 02:46

Accueil > Ville > Au fil des rues > Le 46 rue des louviers 

Le 46 Rue des Louviers

 à Saint Germain en Laye

début du XXième

Au planteur de Caïffa

Magasin de café

AU-PLANTEUR-DE-CAIFFA-46-rue-des-Louviers- saint geermain en laye

AU-PLANTEUR-DE-CAIFFA-46-rue-des-Louviers- saint geermain en laye

Le « Caïffa » comme on l'appelle, avec son uniforme vert-bouteille

et sa casquette portant le nom de la maison devient aussi populaire que le facteur.

Le caisson qu'il trimbale d'environ 1/2 mètre cube aux roues cerclées de fer

qui tintent sur les pavés disjoints est peint aux armes du «Planteur de Caïffa».

Il propose aux ménagères café, épices, levures, farines et différentes spécialités

vendues directement sous la marque.... 

Franck Provost ouvre son premier salon en 1975 à St Germain en Laye.

Franck Provost devant son salon 46 Rue des Louviers

 

 

 

 

 

 

 

 


Frank Provost 3 r Ducastel 78100 Saint-Germain-en-Laye

 

en 1975, Franck Provost

ouvre son premier salon à St Germain en Laye,

au 46 Rue des Louviers

Le concept est inédit : coiffure sans rendez-vous,

journée continue, prix accessibles.

 

L'histoire 

Pupille de la nation, il est élève au Prytanée militaire 

de La Flèche puis débute sa carrière en 1972

(comme apprenti chez le coiffeur au Lude).

Trois ans plus tard, en 1975,

son diplôme en poche, il emménage

à Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines 

où il ouvre son premier salon de coiffure.

Il participe à de nombreux concours

de coiffure officiels sous la bannière

de la société L'Oréal,

un groupe français de renommée internationale,

expert en cosmétiques.

Il va devenir rapidement

le meilleur coiffeur d'Europe

et le meilleur coiffeur du monde

de la coupe-brushing en 1977.

Il ouvre son deuxième salon quatre ans plus tard

en 1979, à Paris. Il est l'innovateur du principe :

«du sans rendez-vous

et de la journée continue chez un coiffeur ».

Il devient le coiffeur des stars.

Il a coiffé personnellement Tina Turner, 

Adriana Karembeu, Sharon Stone 

ou encore Romy Schneider.

 

Frank Provost 

3 r Ducastel

78100 Saint-Germain-en-Laye

01 34 51 33 18

 

www.franckprovost.com

 

Philippe D'Oro Décorateurs 46 Rue des Louviers 78100 Saint-Germain-en-Laye

photo google map

Aujourd'hui

Philippe D'Oro

Décorateurs

46 Rue des Louviers

78100 Saint-Germain-en-Laye

01 30 61 05 18

Voir aussi:

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

Saint-Germain-en-Laye Au fil des rues

     

 

 

 

 


Repost 0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 23:12

Accueil > Ville > Au fil des rues > Jean Dubuisson 1951-1952. SHAPE Village 

Jean Dubuisson 1951-1952.

SHAPE Village, Saint-Germain-en-Laye

Jean Dubuisson 1951-1952

Jean Dubuisson, fils et petit-fils d’architecte, 

réalise en 1951 pour le quartier général des Forces armées

300 logements du Shape Village à Saint-Germain-en Laye

Dans le contexte difficile d’après-guerre,

le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme,

maître d’ouvrage, veut faire de cette opération exemplaire

un laboratoire d’essai des nouvelles techniques

de construction.

 Jean Dubuisson, l’un des deux architectes retenus,

se voit ainsi confier la réalisation de huit bâtiments

(bâtiments 2 à 9 : 163 logements)

Jean Dubuisson 1951-1952. SHAPE Village, Saint-Germain-en-Laye

Vue de la façade principale

lors de la livraison

Jean Dubuisson 1951-1952. SHAPE Village, Saint-Germain-en-Laye

Vue de la façade arrière

lors de la livraison

selon la méthode Camus, procédé de préfabrication intégrale

mise en œuvre au Havre par Auguste Perret.

Ce cahier des charges pour le moins restrictif aurait pu avoir pour conséquence

de dépersonnaliser le travail de l’architecte,

mais avec audace Dubuisson va contourner l’obstacle :

les murs porteurs préfabriqués ne seront pas disposés

en façades comme au Havre

mais en perpendiculaire comme murs de refend,

ce qui lui laisse une entière liberté

dans l’ordonnancement des façades composées de grandes baies vitrées,

de balcons ou de loggias.

La seconde gageure réside dans la durée extrêmement réduite du chantier :

les fondations sont entreprises le 15 juillet 1951,

la totalité des logements est livré le 15 janvier 1952. 


Jean Dubuisson 1951-1952. SHAPE Village, Saint-Germain-en-Laye

Plan d’un appartement avec bipartition des espaces entre 

ce que Dubuisson nomme espaces d’« isolement » et de « vie commune »,

On note la générosité du séjour traversant,

qui permet d’intégrer un piano à queue.

Le « living » distribue deux terrasses et les chambres de service

qui annoncent la « pièce en plus »

de certaines recherches postérieures du logement social.

Jean Dubuisson 1951-1952. SHAPE Village, Saint-Germain-en-Laye

Vue du chantier lors du levage des refends préfabriqués (procédé Camus), vers 1951.

 

Jean Dubuisson 1951-1952. SHAPE Village, Saint-Germain-en-Laye

Fonds Tournon, Paul (1881-1964)

Documentation professionnelle : vue aérienne du Shape village, Saint-Germain-en-Laye, 1951-1952

(Félix Dumail et J. Dubuisson, arch.), n.d. (cliché anonyme).



Le Grand quartier général des puissances alliées en Europe ou Supreme Headquarters Allied Powers in Europe(SHAPE

Le Grand quartier général des puissances alliées en Europe ou 

Supreme Headquarters Allied Powers in Europe(SHAPE -

ce qui signifie aussi « forme » en anglais)

est le centre de commandement militaire

des forces de l'OTAN en Europe.

voir aussi:

Le haut commandement européen de l'OTAN, appelé SHAPE Le haut commandement européen de l'OTAN, appelé SHAPE
Le Château d’Hennemont à Saint-Germain-en-Laye Le Château d’Hennemont à Saint-Germain-en-Laye

 

 

 

 

 

 

 


 
Repost 0