1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 04:12

 

Office municipal de Tourisme

N° 38, rue au Pain

Cette maison du XVIIe

siècle fut surélevée d’un étage

au XVIIIe

siècle. Comme beaucoup de maisons modestes du centre-ville, ce bâtiment est issu d’un plantype de l’architecte du roi, Pierre Le Muet (1591-1669) :

deux corps de bâtiment séparés par une cour avec

une façade sur rue très étroite. La cour contient un

puits. À voir : un magnifique escalier en bois et le

Musée Claude Debussy, qui naquit dans cette maison en 1862.


2. Rue de la Salle

Ainsi nommée en 1640, cette rue piétonne qui existait

déjà dès 1542 est une des plus anciennes rues de la

ville. Selon la première hypothèse retenue pour expliquer le nom de la rue, il viendrait d’une lignée de

Capitaines Gouverneurs de Saint-Germain-en-Laye

aux XVIe

et XVIIe

siècles. 

N°  14 : la plus ancienne maison de la ville, maison

médiévale à colombages (XVIs.)

N° 18 : Hôtel des Maréchaux de Villeroy dont le propriétaire fut Nicolas de Neuville, duc de Villeroy,

(1597-1685). Importante restauration en 1980.


3. Rue du Vieil Abreuvoir

À l’entrée de cette rue se trouvait un vaste abreuvoir

(dès 1547), face au château, qui fut démoli au XVIIIe

siècle pour faciliter la circulation.

Au n° 24 : « Hôtel dit de la Feuillade », ayant appartenu à Jean Bertrand de Masgontier, garçon ordinaire

de la chambre du roi (1708).

Au n° 23 : « Hôtel dit de la marquise de Maintenon »,

maison très modeste construite après 1643 et achetée

par Madame de Maintenon en 1680. Le balcon est

ajouté en 1880.

Au n° 22 : « Hôtel dit du duc de Montausier », immeuble du XVIIe

très remanié au XIXs.

A appartenu au Duc

de Montausier (1610-1690), gouverneur du dauphin.

Le Maréchal Lyautey a habité cette maison entre 1887

et 1891. 


4. Rue des Coches

Au n° 17,  l’Hôtel de Guise, bel exemple

d’hôtel entre cour et jardin reconstruit au

XVIIIe

siècle, aurait appartenu à Henri de

Guise, petit-fils du « Balafré ».


5. Rue des Vieilles Boucheries

Cette voie étroite abritait le marché de la viande,

depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIsiècle.


6. Cour Larcher

Son entrée se trouve entre les 

n° 40 et 42 rue de Paris. Les vieilles 

maisons sont construites au-dessus

de caves voûtées, vestiges de la Maison-Dieu fondée

par Regnault, ancien archer du roi Philippe Auguste

en 1225. 


7. Allée des Récollets

Dès 1620, Louis XIII, à la demande du curé et d’une

assemblée d’habitants, accepte l’abandon aux religieux des Récollets du terrain de l’ancienne MaisonDieu du XIIIe

, en ruines, à condition que le culte de

Saint-Eloi soit maintenu. 


8. Rue Voltaire

N° 2 : Hôtel de Fieubet : maison agrandie

et embellie par Gaspard de Fieubet,

conseiller ordinaire du Roi Louis XIV et

chancelier de la Reine. Il l’acquit en 1670

et le revendit en 1693. Un second étage

est ajouté en 1790. 


9. Rue Saint-Pierre

À voir : Hôtel de Navaille

La fontaine dite « de Colbert » a été

démontée rue de la Surintendance vers

1970 lors de la construction du RER et

installée sur la place par la ville, en 1988.

Le fond de cette impasse est assez

curieux avec la diversité des maisons et des toitures.


10. Rue du Gast

Cette rue doit son nom à une famille de notables, dès

le XVIIe

siècle ; un de ses membres est procureur de la

capitainerie, un autre est garde-manteau du roi

(officier forestier) au temps de Louis XIV. Au n° 6, la

façade contient une petite niche

abritant Saint-Christophe. En face,

une grille en fer forgé remplace un

mur ancien depuis 1980 et libère la

vue sur les jardins de l’Hôtel de Cré-

quy, hôtel entre cour et jardin. Son

entrée se trouve aux N°10 et 12 rue de Paris.

L’Hôtel du XVIIe

a été remanié et agrandi au XVIIIe

et en 1979/80.


11. Rue du Vieux-Marché

François Ier

institue les foires et marchés par lettres

patentes du 13 avril 1528 et fait construire la première

halle en 1543, encourageant ainsi le commerce de la

ville. Il crée le « Grand Carrefour » au croisement

actuel de la rue au Pain/de Paris/Vieux Marché.


12. Rue des Louviers

À la hauteur du n° 34, impasse des

Louviers, une niche abrite une statue

de Saint Pierre. Le terme de « louviers »

peut provenir de la déformation du

mot « louvetiers » ou devoir son nom

à des marchands drapiers originaires

de la ville de Louviers.


13. Rue des Écuyers

Vous découvrez sur la façade située

en face de l’école, le berceau sur

fond bleu et or, blason donné par

Louis XVIII afin d’honorer la nais -

sance de son aïeul Louis XIV.

Vous débouchez dans la rue de la République,

ensemble d’immeubles du XIXet XXe

siècles de part et

d’autre de la rue. Au fond, en perspective, se détache

l’Église Saint-Germain.


14. Rue des Bûcherons

Avant d’emprunter la rue, retour -

nez-vous pour admirer le péristyle

à 4 colonnes ioniques et fronton

triangulaire de la chapelle construite par Antoine-François Peyre

en 1788 pour l’Institut SaintThomas-de-Villeneuve, institution d’éducation depuis 1698.

Son entrée est située au n°15 de la rue des Louviers :

Hôtel de Soissons, hôtel entre cour et jardins construit

pour Eugène-Maurice, comte de Soissons et son

épouse Olympe Mancini (1639-1708).

Au n° 10, souvenir de l’Hôtel de Reims, Résidence des

Cardinaux Barberini et Le Tellier au XVIIe

siècle.

Au n° 7 : Souvenir des Petites Écuries du Roy.


15. L’Hôtel de Ville

La mairie s’installe en 1842 dans un bâtiment construit en 1777 sur l’emplacement de  l’Hôtel de 

La Rochefoucauld.

La salle des mariages a conservé son aspect typique

de la fin du XIXe

siècle (1895).


16. Hôtel de Noailles

Cette somptueuse demeure des trois ducs de Noailles

qui furent gouverneurs de Saint-Germain jusqu’à la

Révolution, fut construite à la fin du XVIIe

siècle par

Hardouin Mansart, sur un terrain de 40 hectares. En

vue du lotissement de ce domaine, une voie est créée

en 1836, traversant le corps central du bâtiment. Les

deux ailes subsistent, 10 et 11 rue d’Alsace. Mozart y

séjourne en 1778.


17. Rue Roger-de-Nézot

Au n°  9 : construit au XVIIe, l’Hôtel de Bontemps

hébergea Alexandre Bontemps, premier valet de

chambre du Roi Soleil. Porte cochère et cour pavée.

Longez les jardins du Domaine national, le château

abritant le Musée d’Archéologie Nationale et l’Église

en face pour arriver à la place André Malraux.


18. Place Charles de Gaulle

Face à vous, découvrez deux magnifiques immeubles

de rapport construits entre 1754 et 1758 à la place des

deux hôtels Conti et Soubise.



Partager cet article

Repost 0
Published by sGc - dans travail
commenter cet article

commentaires