1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 21:26

Au Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye, Dubreuil conçut pour Henri IV soixante-dix-huit peintures sur toile

pour le décor de la galerie du roi. Elles illustraient, pour l’essentiel,Les quatre premiers livres de la Franciade,

un poème rédigé à partir de 1555 environ et publié, inachevé, en 1572, où Ronsard,

voulant créer une épopée romanesque proprement française, avait développé pour Charles IX

le thème de l’origine troyenne des Francs (et, par suite, des Valois) :

vingt ans après la chute de Troie, le fils d’Hector et d’Andromaque, rebaptisé Francus,

se serait lancé, sur une injonction de Jupiter, dans un périple mouvementé

comparable à celui d’Énée qui devait le conduire à conquérir la Gaule et à y fonder la dynastie des rois de France.

Les peintures ont, pour la plupart, disparu suite à la destruction du Château-Neuf en 1777.

Seules six sont conservées : trois au Louvre (exposées ici), deux au château de Fontainebleau

et une dans une collection privée. Dix-huit dessins de Dubreuil et un ou deux de son collaborateur

Guillaume Dumée, presque tous conservés au Louvre,

correspondent aux descriptions des tableaux qui formaient cet ensemble. 

 

© Musée du Louvre/A. Dequier - M. Bard

 (1561 - 1602)
 
Hyante et Climène à leur toilette 
Huile sur toile
H. : 1,07 m. ; L. : 0,97 m.
 
Les deux filles du roi de Crète qui héberge Francus, Hyante et Climène, sont tombées amoureuses de ce héros. Elles s’affairent à leur toilette pour le séduire.

 

© Musée du Louvre/A. Dequier - M. Bard

(1561 - 1602)
 
Dicé offre un banquet à Francus 
Huile sur toile
H. : 1,3 m. ; L. : 1,85 m.
 
Dicé, roi des Corybants, offre un banquet en l’honneur de Francus, le héros troyen parti à l’aventure sur les mers, qu’il a recueilli à sa cour à la suite du naufrage de celui-ci.

 

© Musée du Louvre/A. Dequier - M. Bard

(1561 - 1602)
 
Hyante et Climène offrent un sacrifice à Vénus 
Huile sur toile
H. : 1,9 m. ; L. : 1,4 m.

Le tableau, décrit à Saint-Germain-en-Laye dans un inventaire de 1709-1710, présente de légères variantes par rapport aux dessins préparatoires exposés ici (numéro 34, inv. 26265). Il a été agrandi d’environ dix centimètres en haut et en bas avant 1788.

 

Simon Vouet, la Richesse

La Richesse, peinture à l'huile de Simon Vouet exécutée pour le château Neuf de Saint-Germain-en-Laye

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sGc - dans travail
commenter cet article

commentaires