14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 22:37

Accueil > Georges Mathieu 

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

Georges-Mathieu.jpg

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

À partir de 1944-1945, Georges Mathieu va

dans le sens d’une peinture gestuelle.

Il expose trois œuvres de cette période

au Salon des Réalités nouvelles de 1947, déclarant,

tel un manifeste : « La liberté, c’est le vide. »

Il est l’un des penseurs de l’abstraction lyrique

et confrontera d’ailleurs cette démarche

à celle des tenants de l’Action Painting américaine.

Dès 1950, il commence à associer à ses peintures

des titres inspirés de l’histoire de France.

En novembre 1954, une exposition personnelle

est organisée à Paris, à la Galerie Rive droite,

sur le thème de l’élection de Hugues Capet :

« Les Capétiens partout ». Le tableau éponyme

a été peint devant le château de Jean Larcade

à Saint-Germain-en-Laye, en 1 heure et 20 minutes.

Le parc conservait un ensemble de monuments,

dont l’intérêt historique et esthétique avait retenu l’attention

de Georges Mathieu. Les Capétiens partout,

hommage rendu au fondateur de la dynastie capétienne,

s’inscrit dans une longue série de batailles

que Georges Mathieu, fasciné par le Moyen Âge,

a entamée avec La Bataille de Bouvines 

 en avril de cette même année.

Utilisant directement des tubes de couleur

sans esquisse préalable,

il peint librement ses toiles et entraîne ainsi

la peinture dans un nouveau champ. Il révèle au public

le processus de la création en peignant devant lui,

comme il l’a fait pour le magazine Life à propos

des Capétiens partoutIl juxtapose des signes

qui n’ont aucune signification littérale,

s’éloignant en ce sens des pratiques artistiques

des Orientaux, malgré l’affinité qui subsiste.

Qualifié par Malraux de « calligraphe occidental »,

il se confrontera à la tradition japonaise lors d’un séjour

au Japon en 1957.

Georges Mathieu peint en direct L’abduction d’Henri IV pour les journalistes de Life Magazine, photographie, à la Galerie Jean Larcade à St Germain-en-Laye, 1954

 

Georges Mathieu peint en direct

L'Abduction d'Henri IV 

par l'archevêque Anno de Cologne, 

pour les journalistes de Life Magazine, photographie,

à la Galerie Jean Larcade

à St Germain-en-Laye, 1954. 

Georges Mathieu est le premier artiste occidental

à mettre en scène des peintures gestuelles 

lors de performances.

Mathieu privilégiait la rapidité d’exécution

afin de libérer la spontanéité gestuelle. 

Lothaire se demet de la Haute-Lorraine en faveur d'Othon Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

Lothaire se demet de la Haute-Lorraine

en faveur d'Othon

N.B. : Pour être tout à fait complet il me faut ajouter

que deux autres tableaux furent exécutés

sous le signe des Capétiens.

Les actualités "Fox-Motivone" qui

n'avaient pu assister à "l'élection de Hugues Capet"

me prièrent de retourner à Saint-Germain-en-Laye

sur les lieux même où j'avais officié,

afin de peindre deux toiles en noir sur fond blanc.

Ce que je fis volontiers.

Sur les dalles historiques je peignis donc

en moins de trois minutes-le temps

d'un clip de télévision-

deux toiles de 97 cm x 162 cm

qui furent intitulées "Lothaire se demet

de la Haute-Lorraine en faveur d'Othon" et

"la mort accidentelle de louis V ". 

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-LayeL’abduction d’Henri IV

par l’archeveque Anno de Cologne

 

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

697px-Antenne 2 old

10 francs 1987 Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye10 francs 1987 Georges Mathieu à Saint-Germain-en-Laye

10 francs 1987 Georges Mathieu

 

© sGc

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sGc - dans travail
commenter cet article

commentaires