9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 00:25
Accueil > La ville > Gaspard de Fieubet 

Gaspard de Fieubet 

conseiller ordinaire du Roi Louis XIV

et chancelier de la Reine

à Saint-Germain-en-Laye

Gaspard de Fieubet conseiller ordinaire du Roi Louis XIV et chancelier de la Reine à Saint-Germain-en-Laye

Gaspard de Fieubet

 

Gaspard de Fieubet a été nommé

chancelier de la reine Anne d'Autriche,

en l'année 1671. Auteur de petits vers bien faits,

qui avec lui couraient les ruelles, c'était un homme de plaisir,

marié et puis veuf sans enfants,

d'une politesse d'esprit fort agréable aux gens de lettres

dont il aimait la société, ami surtout de Saint-Pavin,

auquel il fit cette épitaphe :

Sous ce tombeau gît Saint-Pavin
Donne des larmes à sa fin.
Tu fus de ses amis peut-être ; 
Pleure ton sort avec le sien.
Tu n'en fus pas ? 
Pleure-le tien, 
Passant, d'avoir manqué d'en être.

 

La villa du chancelier de la reine florissait à Saint-Germain-en-Laye

et lui donnait pour voisins de campagne Jean-Antoine de Mesmes,

comte d'Avaux ; Bontemps, premier valet de chambre du roi ;

Claude-Antoine de Saint-Simon, marquis de Courtomer ;

le cardinal prince de Furstenberg, évêque de Strasbourg ;

le maréchal d'Aubusson, duc de Roannais et de la Feuillade ;

le maréchal de Durf'ort-Duras, duc de l'orges, neveu de Turenne ;

Louis de Bouchet, comte de Montsoreau ; marquis de Sourches,

prévôt de l'hôtel du roi, grand prévôt de France ;

le duc de la Vieuville et Turenne.

La maison de campagne de Gaspard de Fieubet resta vacante,

comme sa maison de ville, lorsqu'il se retira aux Camaldules,

près de Grosbois, où il trépassa en 1694.

Hotel-de-Fieubet 0493

Hôtel de Fieubet


L'histoire de Fieubet et de Courtin

 

[ texte de la fin du XIXe siècle]

Saint-Simon raconte une anecdote qui arriva vers 1685 et qui eut la forêt

du Vésinet probablement pour théatre. Fieubet, conseiller d'Etat,

homme très capable et d'un esprit charmant,

était recherché par tout ce qu'il y avait de distingué

parmi les gens de la cour et de la ville.

 

Il avait été chambellan de la reine et était parfois gros joueur.

Un jour, il menait dans son carrosse, au Conseil à Saint-Germain,

son ami Courtin, autre conseiller. Or, on volait fort dans ce temps-là.

En traversant les bois, le carosse fut arrêté et nos conseillers fouillés et volés.

Honoré Courtin, estampe de Nanteuil.

Honoré Courtin,
estampe de Nanteuil.

 

Fieubet fut dépouillé de tout ce qu'il avait, mais Courtin avait été plus heureux. Comme les voleurs

s'étaient sauvés, Courtin railla Fieubet qui se plaignait d'avoir été dévalisé, tandis que lui

avait sauvé sa montre et 50 pistoles en les faisant glisser dans sa brayette.

A l'instant, voilà Fieubet qui met la tête à la portière et appelle les voleurs.

Courtin ne sait ce qu'il veut dire, et les gredins étonnés hésitent, puis s'approchant pour voir ce dont il s'agit. 

"Messieurs, dit Fieubet, vous êtes d'honnêtes gens dans le besoin;

il n'est pas raisonnable que vous soyez dupes de monsieur, qui vous a escamoté cinquante pistoles

et sa montre". Et à Courtin: "Monsieur, dit-il en riant, vous l'avez dit, croyez-moi,

donnez-les de bonne grâce et sans vous faire fouiller."


L'étonnement et l'indignation de Courtin furent tel qu'il se laissa fouiller sans sourciller;

mais les voleurs retirés, il entra dans une telle colère qu'il voulut étrangler Fieubet,

qui riait à gorge déployée. Arrivés à Saint-Germain, l'histoire fut vite répandue

mais Courtin était furieux, et leurs amis commun eurent toutes les peines du monde

à les raccommoder.

 

© sGc

Partager cet article

Repost 0

commentaires